Comment partir travailler en Corée du Sud ?

travailler en corée

Trouver du travail en Corée du Sud relève parfois du parcours du combattant. Selon votre projet, cela s’avèrera plus ou moins compliqué. S’il est assez aisé de trouver un petit boulot, la tâche est plus compliquée lorsqu’il s’agit de chercher un emploi plus qualifié. Et dans les deux cas, il faut bien entendu réfléchir à comment obtenir son visa de travail.

Vous devez savoir que légalement, les entreprises coréennes doivent respecter un ratio d’employés étrangers/employés coréens à ne pas dépasser et que les procédures pour embaucher un étranger sont parfois assez compliquées, notamment lorsqu’elles doivent sponsoriser un visa. Si vous avez déjà un visa et que vous vous trouvez sur place, vous aurez de plus grandes chances d’intéresser les entreprises ! Aussi, sachez que vous êtes en concurrence directe avec des nationaux ultra qualifiés qui eux n’ont pas besoin de visa ! Autant vous dire qu’il va falloir prouvez votre plus-value.

De plus, dans le cas des emplois qualifiés, certains profils seront plus recherchés que d’autres. C’est par exemple le cas des cadres techniques (ingénieurs, scientifiques…), de la finance ou des artisans (la boulangerie/pâtisserie et la gastronomie française ont le vent en poupe). Ce ne sont bien sûr que des exemples et en sachant s’y prendre, tout le monde peut avoir sa chance. Sachez seulement qu’il faut au minimum un Bac+3 (ou Bachelor) pour obtenir un visa de travail standard, mais que les profils à partir de Bac+5 sont préférés. Cependant, il existe une variété assez impressionnante de visas donc selon votre projet, vous pourrez probablement trouver celui qui sera adapté à votre situation.

Gangnam
Le quatier des affaires de Gangnam, la nuit (source : getty images)

Chercher depuis la France

C’est la méthode qui m’a réussi pour trouver un stage en Corée ! J’ai répondu à une offre sur Internet et après quelques échanges, j’ai fini par être embauchée 🙂

Pourtant, chercher depuis l’étranger n’est pas la méthode la plus facile. Il m’a fallu quelques mois et un petit coup de chance pour trouver ce stage. En général, se constituer et faire marcher son réseau a de plus grandes chances d’aboutir à une proposition d’emploi que de seulement répondre à une offre, qui plus est, depuis l’étranger. Imaginez les formalités nécessaires pour faire venir sur place un nouvel employé. Vous vous doutez que quitte à embaucher un étranger, les entreprises préfèreront une personnes déjà sur place.

Cependant, cela n’est pas impossible et je vous recommande de chercher des entreprises qui vous intéresse, répondre à des offres ou envoyer des candidatures spontanées. Contactez des professionnels sur LinkedIn, allez sur des forums (physiques et en ligne), cherchez sur des sites d’emploi… Tous les moyens sont bons !

Chercher sur place et développer son réseau

Clairement une des meilleures façons de trouver un travail, le réseau étant souvent plus efficace que les candidatures classiques. Et il est plus facile de rencontrer des personnes sur place que sur internet. Pourquoi pas débarquer en tant que touriste et prévenir vos contacts que vous aimeriez les rencontrer lors de votre séjour ? Vous êtes étudiant en Corée ? C’est l’occasion rêvée de trouver un stage et pourquoi pas de demander de l’aide à vos professeurs ? A noter que pour les étudiants étrangers, seuls ceux restant plus de 6 mois dans une université coréenne sont autorisés à prendre un job à mi-temps (alba – 알바).

Travailler - Kyochon
Comme dans les dramas, travailler dans un resto de poulet frit (source : grubstreet.com)

Faire un Permis Vacances Travail

La méthode la plus simple. Tant que vous avez les fonds nécessaires, un billet d’avion A/R, une assurance et moins de 30 ans, vous pouvez demander un visa Vacances Travail (PVT) d’une durée d’un an. Vous serez alors autorisé à travailler à mi-temps (alba – 알바) à raison de 25h/semaine maximum (mais ce plafond n’est pas toujours respecté dans la réalité, faites attention). En général, il n’est pas compliqué de trouver un job à temps partiel en Corée. Surtout dans les restaurants. Certains d’entre-eux cherchent des employés étrangers pour donner une « bonne image » de leur établissement, ou tout simplement car ils ont besoin de personnel parlant une langue étrangère (pensez à l’anglais).

Sachez que vous aurez la plupart du temps besoin d’un niveau minimum en anglais ou en coréen pour travailler. Le français est rarement une langue de travail. De plus le salaire minimum en Corée est assez bas donc je vous conseille d’avoir de bonnes réserves sur votre compte avant de partir en plus de votre job à mi-temps.

Aussi, vous devez savoir que certaines catégories d’emploi sont interdites avec ce visa (artistique, enseignement, médecine…). Vous pourrez en savoir plus en cliquant sur le lien vers l’ambassade de Corée en fin d’article.

Faire un VIE

Un VIE ou Volontariat International en Entreprise est un contrat français accessible à tout citoyen européen jusqu’à 28 ans. Le principe ? Le volontaire est envoyé dans une entreprise française à l’étranger mais est employé et payé par Business France, un organisme français rattaché à l’État aidant les entreprises dans leurs affaires à l’étranger. Les indemnités sont définies pour chaque pays d’accueil. L’avantage ? C’est non imposable pour le volontaire et pour l’entreprise d’accueil et cela permet de démarrer sa carrière à l’étranger. Il faut noter que la plupart des offres sont réservées à des profils au minimum Bac+5 (bien que certaines démarrent à Bac+3).

Pour avoir croisé quelques VIE en Corée, je peux vous dire que la plupart qui y sont en poste ont des missions spécialisées dans des domaines précis. On retrouve en majorité des VIE en business development (commercial, vente), en finance ou des profils ingénieur. Vous vous reconnaissez et êtes éligibles ? Allez faire un tour le site Civiweb pour consulter les offres !

Se faire muter

Si votre entreprise est implantée en Corée, pourquoi ne pas négocier pour y être transféré ?

C’est une constatation personnelle mais il me semble qu’il est en général plus facile pour un profil senior de trouver un emploi en Corée que pour un débutant. Ils ont l’avantage d’avoir de l’expérience prouvant leurs compétences ou peuvent tout simplement être mutés ou promus à l’étranger !

Enseigner

Enseigner le Français

Pour être honnête avec vous, les places dans un établissement d’enseignement sont assez rares. Il en existe deux types : les hakwon (학원) et les écoles/universités. Les hakwon ne donnent pas de visa donc la plupart des professeurs de français de ces instituts privés sont des Coréens. Pour enseigner en école ou université, il vous faudra par contre être diplômé en FLE (Français Langue Étrangère). Et de préférence, être titulaire d’un master, bien entendu… Vous pouvez aussi tenter les Alliances Françaises présentes en Corée.

Enseigner une autre matière

Il existe deux lycées français à Séoul : le Lycée Français de Séoul et le Lycée International Xavier. Ils recrutent de temps en temps de nouveaux professeurs et intervenants. Je vous conseille de surveiller régulièrement leur site internet pour consulter leurs offres.

Si vous êtes doctorant ou qu’une opportunité (qui sait ?) se présente à vous, vous pouvez tenter d’enseigner dans une université coréenne. Dans un tel cas, mieux vaut être en plus polyglotte et avoir un bon bagage (diplômes, expériences) derrière soi…

Être mobile

Vous ne travaillez pas dans un bureau ? Ou vous êtes indépendant ? Vous avez besoin de faire affaire en Corée ou vous devez rencontrer des partenaires ? Pourquoi ne pas obtenir un visa business de courte durée ?

Que vous soyez un globe trotter ou que vous deviez vous déplacer pour affaires, ce visa est fait pour vous et il n’est pas compliqué à obtenir.

Autre solution un peu plus funky : travailler dans le domaine artistique. Vous êtes danseur ? Pourquoi ne pas donner des cours. Vous êtes photographe ou souhaitez tourner un documentaire ? Pourquoi ne pas capturer quelques instants et images en Corée. Et la liste de tout ce que vous pouvez faire en tant qu’artiste est encore bien longue. Dans ce cas, vous aurez besoin d’un visa spécial.

Créer son entreprise

Vous avez une idée révolutionnaire de business en Corée ? Vous avez trouvé une niche qui mérite d’être exploitée ? C’est l’occasion de créer votre entreprise sur place ! L’avantage ? Pas de patron et l’opportunité de recevoir une formation du gouvernement coréen afin de comprendre l’environnement business en Corée. L’inconvénient ? Vous allez devoir débourser une somme d’argent assez conséquente pour pouvoir obtenir votre visa entrepreneur. Le YouTuber Togen, entrepreneur en Corée, parle régulièrement de temps en temps de son activité sur sa chaîne, allez y faire un tour ! Il existe une petite communauté de français ayant créé leur affaire en Corée. Pourquoi ne pas réseauter et tenter d’obtenir des témoignages ?

Notez que le gouvernement coréen accueille à bras ouverts les entreprises qui comprennent une dimension technologique (application, développement d’une nouvelle technologie, etc.). A bon entendeur… 😉

Quelques outils de recherche pour aller plus loin

LinkedIn, réseau social professionnel

JobSeeKr, offres d’emploi en Corée

Craigslist, site d’annonces diverses (dont des emplois. Attention aux offres douteuses)

FKCCI, Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Coréenne (annuaire des entreprises, offres d’emploi)

Ambassade de France en Corée

Ambassade de Corée en France : visas

France-Coréee.net : forum pratique sur la Corée

Institut Français de Séoul : culture française et offres d’emploi

Sites de petits boulots (en Coréen) : 알바 et 알바몬

 

étudierDécouvrez aussi les différentes manières d’aller étudier en Corée !








Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager autour de vous ?

Nous attendons aussi vos témoignages et vos questions !

Rendez-vous sur Hellocoton !

UX / UI Designer et addict au Matcha Latte.
Ce que j’aime de la culture coréenne ? Entre la cuisine ♥, la langue ou les dramas… la liste est longue ! Après deux séjours au pays du matin frais, je partage avec vous mes impressions sur ce qui touche à ce pays~

Vous reprendrez bien un café ?

2 commentaires

  1. On parle toujours des petits boulots en PVT, mais quid des gens déjà diplômés et qui veulent travailler en temps partiel dans une entreprise privée en faisant quelque chose de sérieux (marketing, finance, sales…) plutôt que d’être serveur dans un bar? Je finis par croire que c’est interdit.

    1. En théorie, travailler dans ces domaines est autorisé mais en pratique, c’est vrai qu’on retrouve la plupart des PVT dans des petits boulots…
      Étant moi-même diplômée d’un master d’école de commerce, je comprends tout à fait ton commentaire. Mais la plupart du temps il faut avoir un niveau de coréen correct pour pouvoir avec accès à ce type de job. Et il me semble que c’est aussi dans ce genre de cas que le réseau pourra t’aider à trouver ce que tu cherches. Lorsque j’étais en Corée, j’ai remarqué que les cartes de visite sont quasiment indispensables. Que ce soit dans un bar ou à un événement de networking, on en échange beaucoup dans ce pays.
      Les PVT sont normalement autorisés à travailler à mi-temps, mais il arrive souvent que cette restriction soit contournée et que l’employé fasse un temps complet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *